Pic’Pluk #4 Opening Party

 

Divagation : 3 ans !

  • 00Days
  • 00Hour
  • 00Min
  • 00Sec
More info
»
Pic'Pluk bleu sur motif jungle noir et blanc
6:30 PM

11th January 2020

exposition collective, arts graphiques, photographie, gravure, collage, dessin, petits formats, petits prix

Du 11 au 25 janvier 2020, c’est déjà la quatrième édition de Pic’Pluk, rendez-vous annuel dédié aux arts graphiques

Pic’Pluk : le concept

En janvier 2016, L’Harmonium lance la première édition de Pic’Pluk. L’objectif de cette exposition collective annuelle est de rassembler une cinquantaine d’œuvres originales (gravures, illustrations, dessins, photos…) vendues à moins de 100€.

L’occasion de belles découvertes artistiques, grâce à la rencontre entre de jeunes artistes qui font leurs premières expositions, comme Matteo Hinant ou Ludovica de Gaudenzi, et certains habitués des galeries bruxelloises comme Philippe Doro ou Judith Grundberger.

Petits formats, petits prix : toutes les œuvres exposées sont vendues à moins de 100€. Profitez-en pour investir la fortune tombée du sapin ! Dessins, photos, cartes postales, fanzines, marques-pages… une multitude d’objets et de formats originaux pour tous les budgets.

Opening party de Pic’Pluk #4 le 11 janvier 2020

Samedi 11 janvier 2020 dès 18h30, venez fêter avec nous la quatrième édition de Pic’Pluk !

Luisa Bevilacqua

gravure de Luisa Bevilacqua représentant des dentsComédienne et conteuse, Luisa Bevilacqua aime mélanger les techniques et les disciplines artistiques. Elle puise son inspiration dans les petits détails du quotidien. Leur poésie inattendue la touche et lui suggère des réinterprétations. Elle s’amuse à les sortir de leur contexte pour porter un regard nouveau et émerveillé sur le réel. Ses gravures et images imprimées, légères et ludiques, ne manquent pas de punch et d’efficacité. Comme les dents d’Avec le temps, elles s’en vont, qu’un dentiste aurait aimé acquérir pour sa salle d’attente s’il n’avait pas eu peur de faire fuir tous ses clients !

Plus d’infos

Maxime Cambier

photographie urbex d'une porte entrouverte par Maxime CambierMaxime Cambier aime voir le monde par l’œil des artistes, et en particulier des photographes. Il y a deux ans, il décide de passer à son tour derrière l’appareil. Un premier projet artistique, mené en autodidacte, et enrichi de rencontres avec les photographes qui l’inspirent. Sa passion l’emmène un peu partout en Europe, pour des photos de concerts et l’urbex, exploration urbaine de lieux abandonnés et interdits. Avec elle vient son lot de contraintes nouvelles, qui l’obligent à travailler différemment que pour les concerts et les portraits : luminosité faible, urgence, stress… Un travail de retouche est ensuite nécessaire pour mettre en avant les textures, certaines couleurs, qui révèlent la magie des lieux !

Plus d’infos

Stefan Vangrunderbeek

photographie en très gros plan de végétaux dans le ventStefan Vangrunderbeek est menuisier ébéniste. Suite au décès de son professeur et mentor Pol Verplancke, il écrit sur la nature, commence à la peindre de manière abstraite, et à la photographier pour tenter de lui rendre hommage. Il photographie son environnement en gros plan, généralement à distance de marche de sa maison. Il la documente, l’étudie, la fragmente, pour l’inscrire dans son subconscient. Véritables peintures abstraites, ses tirages invitent à s’arrêter pour réfléchir à l’essence d’un grain de sable, ou de la roche. Derrière les formes et couleurs parfois déstabilisantes, une réflexion unique sur la matière pour voir plus loin que l’eau trouble d’une flaque.

Plus d’infos

Maureen Wuyts

Collage de Maureen Wuyts représentant un enfant qui tient une bouteille de lait, entouré de petits monstres blancsDiplômée de Saint-Luc et l’Erg en narration et illustration, Maureen Wuyts anime des ateliers d’arts plastiques, street art et récup. Collectionneuse compulsive d’images, cartes postales, emballages, journaux, photos… elle donne une seconde vie à tous ces trésors en mélangeant la gravure, la peinture, le collage et le crayon. Elle crée pour se concentrer, se connecter à elle-même, un carnet de croquis toujours dans son sac. Ses œuvres, quelles soient encadrées, sur mur ou hors cadres, sont autant d’envolées sauvages, de poésies, de récits magiques, construits à sa façon. Pour le partage, pour le plaisir, et pour rêver au-delà de la réalité.

Plus d’infos

 

Yana

Planche sérigraphiée de Yana qui mêle plantes et plastiqueYana (aka Diana Dos Santos) vient de terminer ses études en Images imprimées à l’ESA 75. Elle répond l’année dernière à l’appel à projet du Magazine Visionnaires dont le thème est “Bruxelles 2050”, et remporte le prix graphisme remis par L’Harmonium avec sa série Hybrides. Conçue comme un ensemble de planches botaniques, elle réunit ses passions pour la science, le zéro déchet, l’écologie et la nature. Celle-ci s’adapte toujours à l’environnement, quoi qu’il arrive, aux changements climatiques par exemple. Yana imagine ainsi des espèces hybrides, fusionnées avec les déchets, des chimères organiques comme autant d’éléments d’un possible futur où la nature est aliénée par un environnement toxique. 

Plus d’infos

Informations pratiques

Opening party samedi 11 janvier à partir de 18h30, en présence des artistes
Entrée libre – Drink offert

Exposition accessible du 12 au 25 janvier, du mercredi au dimanche pendant les heures d’ouverture du bar.