Judith Grunberger

Je peins pour visualiser l’intériorité, pour exorciser des images invisibles issues d’une mémoire enfouie. Comme les anciennes peintures murales qui possèdent cette richesse du temps qui passe, et le souvenir de ce qui fut.

Ma recherche est sans fin : que montrer, que faire disparaître ? L’image doit céder la place à ce qui est montrable, la peinture doit faire oublier la représentation. Le collage est en combat avec la peinture, des couches se succèdent en laissant toujours un souvenir de ce qu’il y eut. Les choses sont floues, comme si je n’y avais moi-même pas accès.

Peindre devient alors un besoin incontournable, un rituel intérieur, pour le plaisir du pinceau qui arrache la peinture et nous rapproche de l’essentiel. Et où je laisse un morceau de moi-même. 

Judith Grunberger a exposé ses œuvres à L’Harmonium du 1er au 30 août 2015.

Judith revient à L’Harmonium pour la grande exposition collective Pic’ Pluk du 12 au 28 janvier 2017.