Catherine Moryc

Catherine Moryc est diplômée de l’Académie des Beaux-Arts de Wroclaw en Pologne. Depuis 2009, elle vit à Bruxelles et se consacre principalement à la peinture.

Elle admire la folie du géométrisme de Victor Vasarely autant que la poésie douce de John Everret Millais, et également l’importance du détail et de la lumière dans les travaux de Louis Comfort Tiffany.

Elle est fascinée et inspirée par le monde mécanique, le monde du mouvement, les rotations, les vibrations, les chevauchements et superpositions des éléments, où la présence de chaque pièce est indispensable pour que l’ensemble puisse fonctionner.

Son immersion dans cet univers mécanique a commencé par la peinture de trains, d’avions, des usines. Puis elle est allée plus loin, plus en profondeur, pour créer un espace, un monde qui n’existe pas a priori, où le jeu des couleurs donne de la vie et les traits des pinceaux et spatules un relief. Même si toutes ses compositions sont fondées sur une machine bien réelle, qui existe vraiment, comme la coupe d’un moteur, ou d’une turbine.

Pour créer ses tableaux, elle déplace l’âme de la machine sur le papier, en la déroulant dans l’espace des motifs géométriques. C’est un processus automatique, non planifié ni prémédité. Elle entre dedans pour percevoir les pensées du système mécanique. Puis elle coupe, transforme, mélange ses dessins et ajoute enfin la couleur. C’est le mariage des éléments de différentes machines sur la toile qui lui permet d’obtenir une plus grande profondeur.

Dans ses créations plus récentes, elle désorganise encore, modifie les motifs déjà traités pour les métamorphoser de nouveau, et trouver enfin un ordre mécanique dans le chaos de particules de couleurs.

Venez découvrir son exposition Les Entrailles spirituelles des machines du 1er au 28 février à L’Harmonium. Vernissage le samedi 2 février à partir de 18h30.

Vers son site Internet